Bernard Magnier

Paris : critique littéraire spécialiste des littératures de l’Afrique, de la Caraïbe

Biography

Bernard MAGNIER est né à Paris.

Journaliste, collabore à diverses revues et radios, dirige la collection “Lettres africaines” aux Editions Actes Sud,anime régulièrement des conférences, des stages dans les bibliothèques et intervient dans les Centres Culturels et Instituts Français et les Alliances Françaises.

Conseiller littéraire pour :

  • le Centre National du Livre “Écrivains francophones” Salon du livre de Paris 2006
  • la B.P.I. du Centre Georges Pompidou à Paris - Rencontres “D’encre et d’exil” Haïti 2004, Argentine 2005, Afrique 2008
  • le théâtre Le Tarmac-scène internationale francophone à Paris

Programmateur du festival “Littératures métisses” à Angoulême

Expositions :

  • Théâtres d’Afrique noire, Centre Georges Pompidou, 1984
  • Littératures d’Afrique Noire de A à Z, ADPF, 1991
  • Amadou Hampâté Bâ, en collaboration avec Hélène Heckmann, ADPF, 1993

Publications

  • L’Afrique noire en poésie, Gallimard-Folio Junior, 1986
  • Paris-Dakar : autres nouvelles, recueil de 13 écrivains francophones, Souffles, 1987
  • La Parole nomade, Montréal, Hurtubise, 1995, anthologie de 37 poèmes francophones
  • A peine plus qu’un cyclone aux Antilles, 17 textes d’auteurs de Martinique, de Guadeloupe et d’Haïti, Le Temps qu’il fait, 1998
  • Poésie d’Afrique au sud du Sahara, anthologie 200 poètes, Unesco/Actes Sud,1995
  • J’écris comme je vis, entretien avec Dany Laferrière, La Passe du vent, 2000
  • Babel heureuse, 25 écrivains évoquant un “lieu métis”, L’Esprit des péninsules, 2002
  • La Poésie africaine, anthologie illustrée pour jeunes lecteurs, Mango, 2005
  • Renaissances africaines, 30 textes inédits d’écrivains africains sur le thème des indépendances, Bozar books/Bruxelles, 2010
  • Rêve d’hiver au petit matin, les «printemps arabes» vus par 50 écrivains et dessinateurs, Editions Elyzad, 2012
  • Panorama des littératures francophones d’Afrique, 250 chroniques de livres et 150 biographies, Institut français, 2012 http://www.institutfrancais.com/fr/invitation-à-la-découverte-des-littératures-africaines

Lecture Topics

conférences

  • “Écrire en français venir d’ailleurs”
  • “Panorama des littératures francophones d’Afrique” (cf site Institut français)
  • “Écrire en exil, écrire l’exil”

présentations des conférences

  1. Écrire en français, venir d’ailleurs Les quatre derniers écrivains de langue française ayant reçu et accepté le Prix Nobel de littérature sont des écrivains nés hors de la métropole (Camus en Algérie, Saint-John Perse en Guadeloupe, Beckett en Irlande et Claude Simon à Madagascar). Il faut désormais leur adjoindre Gao Xingjian, écrivain chinois de nationalité française, et Jean-Marie Gustave Le Clézio né à Nice mais dont une partie de sa famille est d’origine de l’île Maurice.

    En novembre 2006, le Prix Goncourt a été attribué à Jonathan Littell, écrivain américain, le prix Fémina à Nancy Huston, romancière canadienne, et le Prix Renaudot à Alain Mabanckou, romancier congolais... Ainsi et depuis longtemps, des écrivains nés à l’étranger sont venus enrichir les lettres françaises, de la Comtesse de Ségur à Guillaume Apollinaire, d’Elsa Triolet à Cioran ou Ionesco. Certains, nés ailleurs, ont gardé la trace de cette naissance dans leurs œuvres (Camus, Duras). D’autres ont choisi le français après avoir écrit dans une autre langue (Milan Kundera, Hector Bianciotti, Agota Kristof, Jorge Semprun, etc. Aujourd’hui, des écrivains d’origine africaine, maghrébine, du Moyen-Orient, de la Caraïbe ou de l’océan Indien s’expriment à leur tour dans la langue qu’ils ont reçue en héritage de l’Histoire.

    Cette conférence propose un inventaire de cette présence, d’en suivre les traces dans les œuvres et d’évoquer la relation pragmatique, amoureuse, conflictuelle, passionnée, de ces écrivains “venus d’ailleurs” avec la langue française.

  2. Écrire l’exil, écrire en exil “Il y a de plus en plus d’étrangers dans le monde”... La provocation se révèle de plus en plus juste, au regard de la destinée d’un grand nombre d’écrivains de par le monde. Écrire loin de sa terre natale, en exil ou dans une situation d’éloignement pour des raisons politiques, économiques ou personnelles, engendre une situation nouvelle qui peut parfois infléchir la création, l’enrichir, la briser, la modifier. Certains écrivains ne cessent d’évoquer le pays quitté, quelques-uns mettent en scène leur exil sous diverses variantes (distance, errance, mal être, nostalgie, idéalisation du “pays perdu”), d’autres n’évoquent jamais directement cette situation.

    Certains vont évoquer l’exil comme une douleur insurmontable, d’autres comme une chance offerte, une distanciation nécessaire et utile, offrant une plus grande liberté d’expression dédouanée des contingences et des contraintes multiples.

    Certains poursuivent une oeuvre entreprise dans leur pays d’origine, d’autres trouvent dans l’exil la matière et les raisons de leur création, et quelques-uns vont jusqu’à adopter la langue du pays d’accueil comme langue d’écriture.

    Cette conférence propose quelques “figures d’exil” qui sont autant d’itinéraires de création issus de la bibliothèque du monde.

  3. 1960-2010 : 50 années d’indépendances africaines ? 50 années de création littéraire ! Cinquante années d’indépendance économique et politique contestées, sans doute, mais cinquante années d’incontestable créativité littéraire avec laquelle les écrivains ont peu à peu convaincu les éditeurs, rencontré des publics nouveaux, conquis leur place sur les rayons des librairies, et ainsi rejoint la grande bibliothèque du monde. Tour d’horizon de cette « présence africaine ».
  4. 1987-2012 : Vingt-cinq ans de création, d’édition et de lecture des littératures africaines. Depuis l’attribution du prix Nobel de littérature au nigérian Wole Soyinka, les littératures africaines ont connu des bouleversements considérables et plusieurs facteurs sont venus en modifier la création, l’édition et la réception : nouveaux auteurs, présence accrue des voix féminines, développement des traductions, nouvelles thématiques, nouveaux enjeux.

    En Europe, de nouvelles structures d’édition et de promotion ont fait leur apparition. Le lectorat s’est élargi. Une place plus importante est désormais faite à ces littératures.

    Quels sont ces nouveaux acteurs ? L’accueil de ces littératures a t-il changé ? En Europe ? En Afrique ? Quels sont les enjeux de cette reconnaissance ?

  5. Panorama des littératures francophones d’Afrique (Maghreb et Afrique sub-saharienne) Une présentation illustrée du « panorama » disponible sur internet de 250 livres et 150 écrivains africains classés selon une présentation thématique et historique.

Dates Available

janvier à août 2014

Honorarium

transports/hébergements et repas + cachet selon les usages

Technical Requirements

none

Contact person

Bernard Magnier

Address

57 rue Planchat 75020 Paris (France)

Phone

01 43 73 23 02

Email

magnier.b@wanadoo.fr